Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



La Fédération des usagers de la bicyclette, collectif représentant 160 associations locales, a remis le guidon d'or aux villes qui oeuvrent pour le développement du vélo et un vieux clou rouillé à celle qui a oublié la bicyclette dans son plan de déplacements.


Dans le vélo, tout est bon. Ses effets sur la santé des cyclistes, comme son impact sur l'air des villes, où il reconquiert petit à petit de l'espace au détriment de la sacro-sainte bagnole. Mais toutes les collectivités locales ne déploient pas les mêmes efforts en sa faveur.



Au lendemain de la Fête du vélo, organisée dans toute la France les 6 et 7 juin, la carte ci-dessus rappelle quelques-uns des trophées décernés depuis dix ans par la Fubicy, la Fédération des usagers de la bicyclette, collectif représentant 160 associations locales. Chaque année, leur congrès décerne un Guidon d'or à l'organisme, ville ou entreprise qui a pris la plus belle initiative en faveur du vélo. Et un "vieux clou rouillé" aux réfractaires.



En 2009, la ville de Grenoble a été récompensée pour sa politique de double sens cyclable sur des artères à sens unique. Avant elle, Strasbourg était la seule grande métropole à avoir été distinguée. "Globalement, c'est toujours la ville la plus performante dans ce domaine, rappelle Thomas Sedlbauer, directeur de la Fubicy. Mais d'autres grandes villes, comme Nantes, Paris ou Lyon, ont aussi beaucoup fait pour le vélo et mériteraient d'être saluées."



En 2009, le bonnet d'âne a été attribué à la ville de Toulon pour l'ensemble de son oeuvre ou plutôt de sa non-oeuvre : aménagements cyclables insuffisants, moyens financiers accaparés par la construction d'un tunnel routier jamais terminé. Bref, l'exemple à ne pas suivre pour la Fubicy, qui avait déjà épinglé la ville de Chamalières, l'agglo de Rouen ou le service grandes lignes de la SNCF, coupable de patiner sur les services vélo.

Tag(s) : #Transports

Partager cet article

Repost 0