Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



Bruxelles, le 1er juillet 2009.

La Suède prend aujourd'hui la présidence du Conseil de l'Union européenne à la suite de la République tchèque.



Daniel Cohn-Bendit et Rebecca Harms, coprésidents du Groupe des Verts/ALE ont déclaré :
" Les Verts rappellent à la Présidence suédoise qu'il n'y a pas de majorité au Parlement européen favorable à un vote en juillet pour confirmer M. Barroso comme président de la Commission européenne. Imposer ce point à l'ordre du jour de la session de juillet serait un mauvais départ pour la présidence suédoise. Il ne doit pas y avoir de vote sur le président de la Commission avant la ratification du Traité de Lisbonne. (1)




Sur le papier, la présidence suédoise place la question des changements climatiques en haut de l'agenda, mais son programme et son discours suggèrent que l'UE régresse par rapport à ses engagements et pourrait ne pas renforcer ses efforts dans le cadre d'un accord international. Les Verts exhortent la présidence à baser son travail sur des données scientifiques, ce qui veut dire que l'UE doit s'engager à réduire de 40% ses émissions de gaz à effet de serre si elle veut avoir au moins 50% de chance de limiter le réchauffement à moins de 2 degrés. (2)



Les négociations internationales sur le climat s'invitent aux portes de la Suède, à Copenhague, d'ici quelques mois, et pourtant le programme de la présidence suédoise n'apporte aucun plan d'action européen novateur en vue d'un accord global. L'UE doit proposer une stratégie qui assure le meilleur niveau de protection possible pour le climat à travers le monde, et elle ne doit pas chercher de prétexte pour revoir ses ambitions à la baisse.



Il incombe désormais à la présidence suédoise d'obtenir, au Sommet européen du mois d'octobre, un engagement financier clair destiné à un 'fonds climat' pour les pays en voie de développement. Sans cela, il n'y aura pas d'accord international.



Nous accueillons la proposition de la Présidence suédoise de répondre à la crise en liant objectifs économiques et environnementaux. Enfin, le climat fait partie intégrante des questions économiques et n'est plus relégué à l'arrière plan. C'est là le premier pas important vers le Green New Deal que nous proposons et défendons depuis longtemps. Les propositions pour une taxe carbone vont aussi dans ce sens. La présidence a six mois pour convaincre.



La présidence suédoise doit conduire une refonte de la politique migratoire européenne actuelle, et non superviser son renforcement. Cela implique une politique volontariste en faveur de procédures légales d'entrée dans l'UE. Les reconduites aux frontières et les expulsions de migrants vers des pays qui ne respectent pas les standards minimums des droits de l'homme doivent être interdites. Par ailleurs, la politique d'asile en Europe doit être, en tout point, conforme à la Convention de Genève".



(1) Voir la campagne des Verts/ALE : Stop Barroso - l'Europe mérite mieux.


(2) Les conclusions du 4ème rapport d'évaluation du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) estiment que les nations industrialisées doivent réduire collectivement leurs émissions de gaz à effet de serre de 25 à 40% (par rapport aux niveaux de 1990) pour avoir une chance de 50% de limiter le réchauffement à 2 degrés Celsius.
Vous trouverez une analyse du programme de la présidence suédoise en matière de climat sur le blog 'Stop Climate Change' des Verts/ALE .

Tag(s) : #Parlement Européen

Partager cet article

Repost 0