Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



Universités : face à l’urgence annoncée, l’action reste molle


 

Il y a trois ans, le New York Times créait le choc avec une photo des sanitaires vétustes d’un campus parisien. Nulle surprise, car année après année, l’université française accumule les handicaps financiers. Le Centre d’analyse stratégique vient de le rappeler : quand les pays développés consacrent en moyenne 1,5% de leur PIB à leur enseignement supérieur, la France traîne à 1,3%.


 

Et encore ! Cette moyenne gomme-t-elle les disparités entre filières sélectives, relativement privilégiées et universités maltraitées. Ce sont pourtant ces dernières qui accueillent à portes grandes ouvertes la majorité des néo-bacheliers et amènent un tiers de chaque génération à un diplôme à bac+3, ou mieux. Ce n’est certes pas ridicule, mais loin du modèle suédois, qui en forme 70%.


 

Il fallait donc battre le tocsin, clamer l’urgence et… agir. Or, qu’a fait l’Etat ? Il a parlé. Par la voix du président de la République, avec la subtilité et la crédibilité qu’on lui connait depuis le 22 janvier. Plus encore - et c’est bien naturel-, par celle de la ministre chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.


 

Récemment confirmée dans ses fonctions, Valérie Pécresse a depuis plus de deux ans multiplié effets d’annonces et financements incertains. « J’ai un chiffre en tête mais je ne vous le dirai pas… », vient-elle de déclarer en présentant la stratégie nationale de recherche et d’innovation. A cet égard, son plan campus est symptomatique. Lancé en février 2008 pour « répondre à l’urgence immobilière » avec la promesse de cinq milliards d’euros pour dix projets lauréats, l’appel à projets suscita un espoir compréhensible chez des responsables d’universités habitués à la pénurie.

 

 

Un an et demi après, quelques projets retenus ont reçu l’annonce d’un capital qui n’est ni à emporter, ni à consommer sur place. Pour les premiers coups de pioche, il faudra attendre qu’ils produisent des intérêts. L’Ile-de-France illustre la façon dont le gouvernement traite l’urgence. En juillet 2008, un jury ad hoc retient trois projets franciliens.

 

- Le « projet Saclay », élaboré sans prospective scientifique, dévoile un désir de reproduction d’une « Silicon valley » fantasmatique. Investissement nécessaire selon l’estimation initiale de la confédération d’acteurs : 3 milliards d’euros réels. Le président de la République vient d’annoncer 850 millions, non consomptibles.

 

- « Condorcet », nouveau campus à créer ex nihilo au nord de Paris, est un projet évalué à 650 millions par ses acteurs. Il attend toujours une annonce de l’Etat.

 

- Le troisième projet devait émerger des propositions émises par les acteurs parisiens. Hésitant, le ministère décida… de créer une commission. Ce fut la mission d’audit chargée d’établir la situation de l’immobilier universitaire à Paris. Rendu en janvier 2009, son rapport n’a à l’évidence pas étanché l’impérieuse soif de connaissance de la rue Descartes. Lui succéda donc une mission sur l’évolution des établissements universitaires parisiens, dont l’échéance était fixée à mai dernier. Aux dernières nouvelles, Valérie Pécresse l’a reportée « à la fin de l’année 2009 ». « Je ne vous le dirai pas », nous annonce donc la ministre en ce mois de juillet. Fin 2009, à l’approche de l’élection régionale, nous le dira-t-elle ?


 

L’enseignement supérieur et la recherche, défis du XXIe siècle méritent mieux

 


La mise en tension et en conflit des acteurs ne peut indéfiniment tenir lieu de projet. La défiance, cristallisée, n’empêche heureusement pas les appels à la refondation. Loin des simulacres de concertation, nous avons besoin de véritables débats collectifs.


 

A l’heure de la nécessaire transformation écologique de notre mode de développement et de notre modèle de civilisation, il est essentiel de donner un essor sans précédent à l’enseignement supérieur et à la recherche. Nous avons cette grande ambition.


 

A l’opposé de la conception qui semble prévaloir dans les ministères et à l’Elysée, il est hors de question de privilégier quelques rares établissements « d’excellence » en délaissant tous les autres. En Ile-de-France, nous avons proposé une contractualisation à tous les établissements qui décident de se regrouper autour de projets et de services mutualisés au bénéfice de la communauté d’enseignement supérieur et de recherche.


 

Pour répondre à l’urgence, pour financer ces projets d’intérêt mutuel, les sommes à investir sont considérables : des centaines de millions d’euros. Elles sont à la mesure des incontournables défis du XXIe siècle. Nous y sommes prêts.


 

Tribune de Marc Lipinski à retrouver sur le site de Rue89


 

Marc Lipinski est vice-président VERT du Conseil régional d’Ile-de-France chargé de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation scientifique et technique

 

Tag(s) : #Education

Partager cet article

Repost 0