Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Un article du Parisien qui démontre que tout est possible lorsque la volonté politique existe.

A Bagnolet, nous sommes bien loin de tout ça à cause de la gestion calamiteuse de cette équipe municipale qui a pour seul projet d’augmenter les impôts pour « boucher le trou » du budget municipal.

 

 

 

Fini les nuggets de poulet, les tomates au mois de décembre et les gobelets jetables lors des sorties pique-nique. A Cesson, dans la ville nouvelle de Sénart, les 800 écoliers déjeunant à la cantine vont se mettre à l’heure du développement durable dès la rentrée. « A l’occasion du premier renouvellement du marché de la cantine scolaire, notre équipe a choisi d’imposer un cahier des charges aux clauses environnementales particulièrement strictes », annonce Jean-Marc Brûlé, le seul maire vert de Seine-et-Marne.


 

« Près de 40 % du repas sera bio, avec au moins trois composantes bio parmi le pain, l’entrée, les légumes, le laitage ou le fruit. Les OGM et les viandes reconstituées (nuggets, boulettes…) seront exclus. On privilégiera les circuits courts avec des produits locaux, comme le pain qui viendra d’Héricy. Place aux fruits et légumes de saison. Pour les sorties, on utilisera au maximum de la vaisselle recyclable et non jetable, ou en matériaux renouvelables (serviettes, barquettes, verres…) », détaille Lylian Sénéchal, adjoint au maire chargé de la petite enfance.


 

Résultat : un surcoût de 8 000 € pour la ville sur l’année. « Un effort financier accessible. Cela fait partie de notre devoir d’éducation et ça correspond à une vraie volonté politique », assure Lylian Sénéchal. Pas d’augmentation du prix, en revanche, pour les familles. Les parents continueront de débourser entre 0,82 et 3,28 € par déjeuner, selon le quotient familial.


 

A noter : ces repas « verts » seront aussi distribués à la quinzaine de personnes âgées de Cesson utilisant le portage à domicile. « Un service peu utilisé jusqu’à présent, à cause de la qualité moyenne des repas. On risque désormais de faire des adeptes ! »

 

Le Parisien du 31 Août 2009

 

Tag(s) : #Problématiques écologiques

Partager cet article

Repost 0