Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

c-cavard.png

 

 

 

Jeudi 23 mai, Christophe Cavard, Député écologiste du Gard, et Président de la commission d’enquête sur le fonctionnement des services de renseignement français dans le suivi et la surveillance des mouvements radicaux armés et djihadistes faisait adopter le rapport des nombreuses auditions tenues ces dernières semaines.


La création de cette commission d’enquête parlementaire faisait suite à l’utilisation, par le groupe écologiste, du « droit de tirage » prévu par le règlement de l’Assemblée nationale, et a été provoquée en réponse aux sollicitations des familles de victimes des affaires dites « Merah » et « Karachi ».


La commission d’enquête a cherché à tirer les leçons des événements récents et à faire toute la lumière sur les possibles dysfonctionnements de l’organisation des services de renseignement français. Elle entendu l’ensemble des acteurs impliqués dans le suivi et la surveillance des mouvements radicaux armés et, notamment, des filières djihadistes agissant sur le territoire français. Si elle a concentré son analyse sur le terrorisme islamiste, la commission d’enquête a reçu tous les acteurs, y compris judiciaires, chargés de la lutte antiterroriste.


Les responsables des services de renseignement impliqués dans le contre-terrorisme – la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), la direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), la cellule de renseignement financier TRACFIN – ont été entendus, au même titre que des magistrats antiterroristes. Les autorités de contrôle des services, comme la commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité (CNCIS) et les représentants des principaux syndicats de police ont également pu faire valoir leur point de vue devant la commission d’enquête.

 

Enfin, un certain nombre d’universitaires et de spécialistes du terrorisme islamiste ont pu donner un éclairage différent aux travaux de la commission d’enquête, en lui permettant de réaliser un état des lieux succinct de la menace terroriste qui pèse aujourd’hui sur la France.


À ce titre, la commission d’enquête a pu appréhender la réalité de la menace terroriste actuelle, notamment islamiste, bien plus complexe que ce que la seule affaire Merah laisse à penser. Elle s’est également efforcée d’analyser l’adéquation entre cette menace et les moyens humains, matériels et juridiques mis à la disposition des services chargés du suivi et de la surveillance des mouvements terroristes agissant sur le sol français et d’évaluer le résultat de leur action. Enfin, elle s’est attachée à identifier les potentielles failles dans l’organisation et la coordination des services de renseignement français.Une analyse poussée de l’évolution du Djihadisme et de l’embrigadement des jeunes est présentée dans le rapport.


Pour Christophe Cavard, « il faut bâtir une culture européenne du renseignement en capacité de s’adapter rapidement aux nouveaux réseaux terroristes, en lien avec la prévention de la délinquance ».

Tag(s) : #actualités nationales

Partager cet article

Repost 0