Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marc Everbecq n'avait manifestement pas la frite en présidant aux débats du conseil municipal.

Des parents de l'école Jules Ferry sont intervenus pour demander une concertation sur l'aménagement des locaux et connaître la position de la municipalité sur la réforme des rythmes scolaires. Réponse du maire : "Ce n'est pas à l'ordre du jour !".

L'amendement présenté au nom des élus communistes etc... et de D. Bernard, tendant à fixer  à 30% l'acompte à verser aux EPA et aux associations au lieu des 50% proposés par le maire a été adopté à une large majorité.

La délibération n° 2 portait sur une modification du tableau des effectifs demandée par le groupe des élus PC etc ... et de D. Bernard. D.
Didier Idjadi est intervenu pour critiquer l'opacité de la gestion des ressources humaines, les embauches de complaisance et demander  les raisons pour lesquelles les six postes de chefs de pôle avaient été supprimés, à quelles fonctions correspondaient ces postes et les raisons de l'embauche de trois nouveaux directeurs généraux adjoints. A. Baraglioli a également dit son désaccord sur ce point et sur l'embauche de 150 nouveaux non-titulaires.  Réponse du maire : pas de réponse. Le tableau des effectifs tel que modifié sur ces deux points a été adopté.

D. Idjadi a rappelé que le 11 décembre le maire s'était engagé à convoquer " dés le lendemain" une commission d'enquête municipale sur les armes, la drogue et les valeurs trouvées dans le garage municipal. Le maire a cru devoir plaisanter sur la signification vague et atemporelle qu'il donnait à "lendemain" et à "demain"... Il a déclaré s'être porté partie civile dans cette affaire, que cette démarche avait été acceptée par la justice, preuve selon lui de l'absence de lien entre la municipalité et les prévenus dans cette affaire. [A voir !]

A plusieurs reprises un individu particulièrement excité a interrompu plusieurs conseillers de l'opposition sans que le maire n’intervienne. Étant assis juste devant lui, Maxime Gotesman l'a fermement invité à se taire. Devenant de plus en plus violent cette personne l'a alors pris à partie, l'insultant grossièrement, puis, à la fin du conseil, il a proféré à son encontre des propos explicitement antisémites. Plusieurs témoins ont pris son parti dont J.Nio qui a demandé à cet individu de s'excuser. Loin de le faire ce dernier l'a bousculé. Le maire a continué de laisser faire. L'intervention du service de sécurité a été tardive et peu professionnelle.

Le 24 décembre, accompagné de deux témoins, M. Gotesman a porté plainte pour "injure publique envers un particulier en raison de sa race, de sa religion ou de son origine". Après avoir pris sa déposition un officier de police judiciaire s'est rendu sur le lieu de travail de la personne en cause et l’a convoquée au commissariat.

Tag(s) : #Vie municipale

Partager cet article

Repost 0