Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 jacques.jpg

Article de Jacques Perreux, conseiller général et régional EELV

 

L'affaire Cahuzac ne provoque pas seulement des haut-le-cœur parce que celui qui était censé traquer les fraudeurs s'avère être lui-même expert en la matière pour son propre compte. Ce qui provoque tant de dégoût, c'est que des millions de français découvrent à travers cet épisode et bien d'autres, les liens quasi naturels entre une partie du monde politique normalement chargé de l'intérêt général et les milieux financiers à l'égoïsme intrinsèque.

 

Ainsi, au moment où les UNS demandent aux plus pauvres de faire des efforts, d'accepter des reculs sociaux comme avec l'ANI (Accord National Interprofessionnel), les AUTRES construisent des fortunes incroyables et échappent par la combine à des lois qui leurs sont pourtant favorables. Il arrive donc que les UNS et les AUTRES soient les mêmes.

 

De quoi être révolté : ces décennies de politiques qui vont toujours dans le même sens, ça suffit ! Si le gouvernement de gauche semble usé au bout de seulement 11 mois, c'est qu'il reprend trop les recettes archi-usées et usantes des politiques de droite (cela n'efface pas quelques avancées sociales et sociétales qui n'effacent pas elle-même les « retards » sur le cumul des mandats et le droit de vote des étrangers).

 

Cécile Duflot a eu raison de dire au dernier conseil des ministres qu'il faut non seulement des « réponses lourdes » en matière d' « éthique » mais aussi une inflexion de la ligne politique suivie par l'exécutif en matière de démocratie économique et sociale.

 

La France, comme tant d'autres pays d'Europe, a besoin de son printemps qui l'aide à sortir des dogmes capitaliste et productiviste. Qui ne voit pas l'énormité de la bêtise qui consiste à interdire aux déficits publics de dépasser les 3 pour cent du PIB ? Alors que nous sommes précisément dans l'époque ou il faut investir pour les générations futures dans une autre économie, dans la transition énergétique, dans la mutation de notre agriculture pour produire une alimentation saine à travers des circuits court, dans les services publics, la justice sociale, l'éducation... Si nous avons le courage et la clairvoyance de faire cela, plus tard nos enfants nous remercieront !

 

Dans cette situation dangereuse, où tant de gens perdent confiance dans la politique et donc dans la démocratie, c'est maintenant qu'il faut le changement, car plus tard, il risque d'être trop tard !

 

C'est aussi pour cela que les mots « salopards », « coup de balai », « pourriture » et « purification » me heurtent. Ils font appel aux mauvais réflexes quand il faut faire appel à la réflexion. Ce ne sont pas des « mot-obus », ce sont des « mot-poison ».

 

« Il n'est pas de sauveur suprême : ni Dieu, ni César, ni tribun. ». J'ai ressenti l'appel solitaire de Jean-Luc Mélenchon comme un hold-up sur quelque chose qui appartient à des millions de gens : la 6eme république. Un appel d'un « homme providentiel » très « 5eme république », tandis que la 6eme va dans le sens d'une démocratie participative. Einstein disait : « On ne résout pas un problème avec les modes de pensées qui l'ont engendré ».

 

La 6eme république n'appartient à personne. Pour organiser une manifestation unitaire, il eut été tellement plus productif de prendre des contacts avec tous ceux qui ont à cœur la 6e république, pour pouvoir ensuite décider ensemble des formes et du contenu de l'action. D'ailleurs, n'est-ce pas la démarche adoptée par Pascal Durand, secrétaire national d'EELV qui invite à « ... se rencontrer dès la semaine prochaine » pour réfléchir à « une réponse » «collective et concertée» à la crise politique et « élaborer ensemble des propositions» à «porter conjointement devant la nation » ?

 

J'étais assez d'accord hier matin avec André Chassaigne qui, sur France Inter, conditionnait sa participation à la manifestation du 5 mai à son véritable contenu, et ajoutait : « il ne faut pas cliver, cliver, cliver, là où il faut rassembler, rassembler, rassembler."

 

Puisque les choses ne sont, semble t-il, pas jouées, n'y a t-il pas lieu pour les écologistes d'être observateurs actifs du processus unitaire de préparation de cette manifestation pour se déterminer une fois les choses clarifiées ?

Tag(s) : #actualités nationales

Partager cet article

Repost 0