Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

pompili de rugy

 

Député Europe Ecologie-les Verts de Loire-Atlantique, François de Rugy estime que l’écologie est durement sanctionnée.

 

Comment réagissez-vous au limogeage de Delphine Batho ?

Elle paie très cher de s’être exprimée fortement alors qu’elle avait raison de le faire. L’expérience nous prouve qu’en matière d’écologie, quand on ne l’ouvre pas, les forces de l’inertie prennent le dessus. Elle était plutôt trop discrète à notre goût. Elle nous a surpris par une force de langage à laquelle elle ne nous avait pas habitués. Tant mieux ! Pour nous, cette affaire de réduction de budget du ministère de l’Ecologie défie toutes les lois de la politique et de la communication. L’annonce sort on ne sait trop comment ce week-end. Nous qui, comme parlementaires, allons être amenés à voter le budget, nous n’avons ni informations ni explications. Le signal est très négatif et le message sur l’écologie totalement brouillé.

 

Mais fallait-il la débarquer ?

Non ! Manifestement, quand il s’agit d’écologie, on frappe plus fort que lorsqu’il s’agit d’autres sujets et alors même que Delphine Batho a été plutôt la bonne élève du gouvernement. Arnaud Montebourg, lui, est toujours en place. On a le sentiment de deux poids, deux mesures. Il ne faut pas en passer trop aux cancres et être trop sévère avec les bons élèves !

 

La position du gouvernement vis-à-vis de l’écologie n’est pas cohérente ?

Elle est incompréhensible ! Dans un même temps, le gouvernement affiche des intentions fortes sur la transition énergétique et la fiscalité et taille le budget du ministère de l’Ecologie. Où est la logique ? C’est l’exact contraire de l’efficacité. Les engagements écologiques de ce gouvernement doivent être clairement remis en perspective et être assumés ! Alors on y verra plus clair.

 

Les écologistes peuvent-ils rester dans ce gouvernement ?

Ce qui est nécessaire après cette crise, c’est une clarification des objectifs politiques et des moyens qui seront donnés à ce ministère pour le faire exister. Si on quittait ce gouvernement, l’écologie disparaîtrait complètement du débat. Dès ce soir (NDLR : hier soir), nous étudions la situation politique créée par le remplacement de Mme Batho. Des insatisfactions réelles ont été générées par cette première année. On ne se satisfera pas d’atermoiements et de louvoiements sur la priorité écologique.

 

Tag(s) : #actualités nationales

Partager cet article

Repost 0