Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

E98A8684

 

Mercredi 16 avril, le second conseil municipal a étét principalement consacré aux désignations de ses membres dans différentes commissions et organismes. Jean-Claude Oliva est intervenu sur la gestion de l'eau à l'occasion de la désignation d'un représentant du conseil municipal au Syndicat des eaux d'Île-de-France (SEDIF).

 

« Concernant le SEDIF, il y a un problème. En effet, depuis 2010, la commune de Bagnolet n’est plus membre du SEDIF. La commune a transféré sa compétence eau à la communauté d’agglomération Est Ensemble qui a elle-même adhéré au SEDIF, vous vous en rappelez, fin 2010. En conséquence, c’est au niveau du conseil communautaire que sont désignés des représentants pour le comité syndical du SEDIF. Il peut y avoir un représentant par ville, c’est le cas à Plaine commune par exemple, mais ce n’est pas une obligation, d’autres agglos ne font pas ce choix. En tout état de cause, c’est au niveau de l’agglo que se prend la décision, pas dans les conseils municipaux. Je vous invite donc à modifier la délibération qui paraît fantaisiste sur ce point

 

Sur le fond, je voudrais ajouter que le problème n’est pas tant d’aller au SEDIF mais d’en sortir ! En effet, les usagers du SEDIF paient l’eau 40% plus cher que les usagers parisiens. Avec un tarif supérieur à 4€ / m3, le SEDIF est très au-dessus de la moyenne nationale qui se situe à environ 3€ / m3. Le SEDIF est pourtant le plus grand service de production et de distribution d’eau en France (et en Europe). Autant dire que l’économie d’échelle ne bénéficie pas aux usagers, mais à l’entreprise qui l’exploite, c’est-à-dire la multinationale Veolia. Ce scandale doit cesser ! En 2010, M le Maire, vous avez voté avec la majorité socialiste, la droite et une partie des élus communistes de l’agglo, l’adhésion au SEDIF « pour assurer la continuité du service public », en attendant de nouvelles études qui permettraient de décider sur le fond. Ces études ont eu lieu. Elles ont coûté très cher, des dizaines de milliers d’euros supplémentaires aux contribuables de l’agglo. Elles ont été rendues publiques le 19 décembre 2013. Elles montrent que même dans les hypothèses très défavorables qui ont été retenues, le tarif de l’eau serait plus bas en régie publique. D’autre part, Eau de Paris a confirmé sa disponibilité, non seulement pour fournir de l’eau à Est Ensemble mais pour créer un établissement public commun entre Paris et Est Ensemble, pour produire et distribuer l’eau. Il vous faut donc à présent agir, M le Maire, pour convaincre vos collègues de l’agglo de créer maintenant ce service public de l’eau. Je souhaite que le prochain conseil municipal mette cette question à l’ordre du jour et se prononce dans ce sens. »

 

 

Suite à cette intervention, il n'y a donc pas eu de désignation de représentant du conseil municipal au SEDIF. Sur le fond, le maire a répondu, après une pirouette, qu'il était favorable à une gestion publique. C'est les mêmes mots que l'on a entendu dans la bouche des élus socialistes au conseil d'agglomération d'Est Ensemble en 2010, juste avant de voter l'adhésion au SEDIF, c'est à dire la gestion confiée à Veolia!  Autant dire que la plus grande vigilance s'impose...

Tag(s) : #Conseil municipal

Partager cet article

Repost 0