Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les élections européennes sont passées. Je veux d'abord remercier chaleureusement toutes celles et ceux qui se sont mobilisés pour l'Europe et pour l'écologie : les militants, les équipes de campagne, les électeurs et les électrices, celles et ceux qui ont choisi de faire avancer l'écologie sur le terrain ou dans les urnes. Mais ces élections laissent un goût amer et de la colère. Quand des électeurs choisissent de porter en tête un parti d’extrême-droite – dans un contexte d’abstention forte - on ne peut pas détourner le regard en pensant qu’il s’agit d’une simple erreur de parcours. Nous sommes face à une crise morale sans précédent, accentuée par le fait qu’un sentiment de fatalité semble prendre toute la place. 

On pourrait se satisfaire d'avoir fait un score honorable et d'avoir fait une campagne digne, où nous avons été parmi les seuls à parler d'Europe et de construction européenne. Mais nous devons admettre que notre message n’a pas su atteindre ses cibles comme nous l’espérions. Nous aurons certes six élus écologistes dans un groupe vert européen qui, espérons-le, en comptera plus d'une cinquantaine, mais nous regrettons évidemment la perte de plusieurs élu-e-s qui ont tant donné pour l'écologie en Europe. 

Surtout, le délitement du lien social se confirme. Le terrible résultat du Front national traduit un profond malaise : les Françaises et les Français n'ont plus confiance dans notre capacité collective à tracer un destin commun. Un quart des électeurs et électrices qui se sont exprimés se sont reconnus dans un projet nationaliste, à l'heure où les partis traditionnels n'ont plus grand chose à proposer et semblent incapables d'exprimer une vision du monde qui redonne espoir dans l'avenir. 

Surtout -et nous le disons depuis longtemps-, cette élection pose avec acuité la question du crédit de la parole politique et des engagements pris devant les électeurs. La fin des combats ne s’arrête pas lorsqu’on remporte une élection, mais quand on est arrivé au bout des réformes sur lesquelles on s’est fait élire. Restaurer la parole politique et l’action politique est essentiel car cela fait la démocratie. 

Face à cette crise exceptionnelle, nous devons répondre de manière exceptionnelle. Europe Ecologie - Les Verts prendra donc des initiatives dans les jours qui viennent. D'un côté, nous devons renouer le dialogue avec la société. L'ensemble des forces vives, politiques ou citoyennes, doivent se parler et travailler ensemble pour refonder la démocratie et transformer une Vème République à bout de souffle. De l'autre, nous devons inventer, avec toutes celles et ceux qui pensent qu'une autre politique est possible, un nouveau modèle économique et social. Enfin, chacun et chacune doit reprendre le chemin du dialogue avec toutes celles et ceux qui se sentent relégués, isolés, mal compris ou pas représentés.

Nous sommes au pied du mur, mais c'est dans l'écologie que se trouvent les clefs de l'avenir. Au travail ! 

Emmanuelle Cosse
Secrétaire nationale d'Europe Ecologie Les Verts

Tag(s) : #Elections européennes 2014

Partager cet article

Repost 0