Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

795712114e

Au terme de l’examen du projet de loi organique sur le cumul de fonctions exécutives locales avec le mandat de parlementaire national, c’est un texte complètement défiguré et caricatural qui a été soumis au vote : il fait dorénavant du Sénat une exception, permettant aux sénateurs, et à eux seuls, d’exercer une fonction exécutive locale. Le Groupe écologiste du Sénat, parce qu’il est un fervent défenseur du non-cumul des mandats pour tous, a voté contre ce texte, qui véhicule une image déplorable de la Haute Assemblée.

 

Hélène Lipietz, Sénatrice de Seine-et-Marne et membre de la commission des Lois, avait pourtant obtenu, au nom du groupe écologiste, l’adoption d’un amendement sur le non-cumul des indemnités liées à des fonctions ou des mandats autres que l’indemnité parlementaire. « Cette victoire n’était pas seulement symbolique ou pécuniaire, explique l’oratrice du groupe. C’était le premier pas vers le non-cumul des mandats et des fonctions, le premier pas pour une image de la politique rénovée, une confiance retrouvée. Mais le recul consistant à maintenir le cumul des Sénateurs nous a contraints à voter contre le texte final. »

 

Esther Benbassa, Sénatrice du Val-de-Marne et Vice-Présidente de la commission des Lois a pour sa part rappelé que le cumul des mandats limitait « la fluidité de la circulation du personnel politique, son rajeunissement, sa féminisation, sa diversification » et était donc un frein à une juste représentation de notre société.

 

Pour Jean-Vincent Placé, Président du Groupe écologiste : « Le non-cumul des mandats est une exigence démocratique. Et même les plus conservateurs des Sénateurs ne pourront pas éternellement résister à cette demande explicite du peuple. »

 

Le Groupe écologiste du Sénat rappelle son attachement à un Sénat rénové ; la lutte contre le cumul des mandats en est de toute évidence le premier pas.

Tag(s) : #actualités nationales

Partager cet article

Repost 0