Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

carton-rouge1La matinale de la Lettre du Cadre Territorial du 11 janvier 2013 publie une information importante concernant la réaction de la ville de Tours contre les emprunts toxiques.

 

De plus en plus de villes contestent le paiement de ces emprunts et vont devant les tribunaux pour faire entendre leur bon droit.

 

Nos élu(e)s Christiane Pesci et Didier Idjadi ont demandé de nombreuses fois que le maire engage une procédure afin de contester devant la justice ces emprunts toxiques.

 

Pourquoi le maire et sa majorité municipale ne prennent pas exemple sur les villes de plus en plus nombreuses à contester le diktat des banques ???

Que font les grand pourfendeurs du capitalisme financier ???

Il est vrai que cette majorité collabore aussi étroitement avec les promoteurs immobiliers !!!

Les Bagnoletais(e)s méritent vraiment mieux que cette majorité municipale qui renonce devant les banques et les promoteurs immobiliers.


Il est évident qui si nous participons à la majorité municipale après l'élection municipale de 2014, nous mettrons en place une procédure pour contester ces emprunts toxiques.

 

 

Emprunt toxique : Tours attaque la banque

 

Le conseil municipal de Tours a décidé de ne plus verser les intérêts d’un « swap » contracté pour restructurer sa dette (195,5 millions d'euros d’encours et 27 Millions d’annuité en 2013). Contracté en 1996, auprès de Calyon, banque d’investissement du Crédit Agricole, l’emprunt qui portait sur un montant de 20 millions d'euros d’euros comportait un mécanisme de « snawball » : les intérêts s’additionnent d’un trimestre sur l’autre jusqu’à atteindre aujourd’hui 18,8 %. La ville qui estime avoir été trompé réclame la conversion du taux variable en taux fixe. Elle a saisi la justice pour faire valoir son bon droit.

Tag(s) : #Vie municipale

Partager cet article

Repost 0